- Obligation du Hijab en Islam -

Source dans le Coran

Sourate 24 Verset 31 :

 وَقُل لِّلْمُؤْمِنَاتِ يَغْضُضْنَ مِنْ أَبْصَارِهِنَّ وَيَحْفَظْنَ فُرُوجَهُنَّ وَلَا يُبْدِينَ زِينَتَهُنَّ إِلَّا مَا ظَهَرَ مِنْهَا وَلْيَضْرِبْنَ بِخُمُرِهِنَّ عَلَى جُيُوبِهِنَّ وَلَا يُبْدِينَ زِينَتَهُنَّ إِلَّا لِبُعُولَتِهِنَّ أَوْ آبَائِهِنَّ أَوْ آبَاءِ بُعُولَتِهِنَّ أَوْ أَبْنَائِهِنَّ أَوْ أَبْنَاءِ بُعُولَتِهِنَّ أَوْ إِخْوَانِهِنَّ أَوْ بَنِي إِخْوَانِهِنَّ أَوْ بَنِي أَخَوَاتِهِنَّ أَوْ نِسَائِهِنَّ أَوْ مَا مَلَكَتْ أَيْمَانُهُنَّ أَوِ التَّابِعِينَ غَيْرِ أُولِي الْإِرْبَةِ مِنَ الرِّجَالِ أَوِ الطِّفْلِ الَّذِينَ لَمْ يَظْهَرُوا عَلَى عَوْرَاتِ النِّسَاءِ وَلَا يَضْرِبْنَ بِأَرْجُلِهِنَّ لِيُعْلَمَ مَا يُخْفِينَ مِن زِينَتِهِنَّ وَتُوبُوا إِلَى اللَّهِ جَمِيعًا أَيُّهَ الْمُؤْمِنُونَ لَعَلَّكُمْ تُفْلِحُونَ

La traduction, le sens rapproché de ce qu’Allah dit est le suivant :

Et dis aux croyantes de baisser leurs regards, de garder leur chasteté, et de ne montrer de leurs atouts que ce qui en paraît et qu’elles rabattent leur voile (Foulard, Khimar) sur leurs poitrines; et qu’elles ne montrent leurs atours qu’à leurs maris, ou à leurs pères, ou aux pères de leurs maris, ou à leurs fils, ou aux fils de leurs maris, ou à leurs frères, ou aux fils de leurs frères, ou aux fils de leurs sœurs, ou aux femmes musulmanes, ou aux esclaves qu’elles possèdent, ou aux domestiques mâles impuissants, ou aux garçons impubères qui ignorent tout des parties cachées des femmes. Et qu’elles ne frappent pas avec leurs pieds de façon que l’on sache ce qu’elles cachent de leurs parures. Et repentez-vous tous devant Allah, ô croyants, afin que vous récoltiez le succès.

Explication :

Dans ce Verset, Allah Le Très Haut commande aux femmes de rabattre leur voile khimar en arabe) sur leur poitrine : « qu’elles rabattent leur voile (Khimar / Foulard) sur leurs poitrines… ». Le khimar (Foulard) de la femme signifie dans la langue des Arabes ce qui couvre la tête. Khimar provient du verbe khammara qui signifie couvrir d’où le mot Khamr (vin, alcool) car l’alcool (ses effets) couvre la raison, fait perdre la raison. Le Khimar est donc un vêtement que la femme pose sur sa tête, qui couvre sa tête. Il recouvre trois endroits : la tête, la poitrine et le visage conformément aux Sources musulmanes. Mais nous verrons plus loin que certaines divergences existent. Le terme « jouyoub » étant le pluriel de « jayb » qui correspond à la poitrine ce Verset exprime donc sa visée d’une manière plus explicite car l’expression « rabattre le voile (Khimar) sur la poitrine » implique le fait de couvrir les cheveux, le visage, le cou et la poitrine.

 

Sourate 33 Verset 59 

 يَا أَيُّهَا النَّبِيُّ قُل لِّأَزْوَاجِكَ وَبَنَاتِكَ وَنِسَاءِ الْمُؤْمِنِينَ يُدْنِينَ عَلَيْهِنَّ مِن جَلَابِيبِهِنَّ ذَلِكَ أَدْنَى أَن يُعْرَفْنَ فَلَا يُؤْذَيْنَ وَكَانَ اللَّهُ غَفُورًا رَّحِيمًا

La traduction, le sens rapproché de ce qu’Allah dit est le suivant :

O Prophète! Dis à tes épouses, à tes filles, et aux femmes des croyants, de ramener sur elles leurs grands voiles: elles en seront plus vite reconnues et éviteront d’être offensées. Allah est Pardonneur et Miséricordieux.

Explication:

Dans ce verset, Allah Le Très Haut commande aux femmes de ramener sur elles leurs grands voiles ( Djilbab)

Source dans la Sunna

– Abou Daoud rapporte dans ses « sounan », ainsi qu’at-Tabarani dans « mousnad ash-shamiyyin », Ibn ‘Adi dans « al-kamil » et al-Bayhaqi dans « as-sounan al-koubra », « al-aadaab » et « shou’ab al-iman » que ‘Aïsha, que Dieu l’agrée dit : « Asma fille d’Abou Bakr entra un jour chez le Messager de Dieu (saws) alors qu’elle portait des vêtements fins. Le Messager de Dieu (saws) se détourna d’elle et dit : « Ô Asma, lorsque la femme atteint l’âge de la puberté, il n’est pas bon de voir d’elle que ceci et ceci » et il désigna le visage et les mains. »

– Abou Daoud rapporte dans « al-marasil » d’une manière détachée d’après Qatada  que le Prophète (saws) dit : « Lorsque la femme atteint l’âge de la puberté, il n’est pas bon de voir d’elle que son visage et ses mains jusqu’aux poignets ». 

 

Argument provenant du consensus des savants

– L’imam Abou Mohamed ibn Hazm (qu’Allah lui fasse miséricorde) qui dit dans son livre « maratib al ijma’ », c’est à dire les niveaux du consensus à la page 29 : « Ils s’accordent unanimement sur le fait que les cheveux de la femme ainsi que son corps, à l’exception du visage et des pieds, font partie de sa nudité « ‘awra ». Ils divergent cependant sur le visage et les mains jusqu’aux ongles : font-ils partie de la nudité ou pas ? ».

– Le Hafîdh Ibn ‘Abd alBarr dit dans « al istidhkar » (2/196) : « Les savants s’accordent unanimement à dire que le fait de couvrir la nudité « ‘awra » est une obligation générale pour tous les humains ». Puis, il dit (2/201) : « Tous les jurisconsultes des provinces, du Hijaz et de l’Irak s’accordent à dire que la femme doit couvrir tout son corps avec une tunique épaisse et ample et couvrir sa tête d’un voile car tout son corps fait partie de sa nudité « ‘awra » exceptés le visage et les pieds. Elle doit donc couvrir tout son corps à l’exception du visage et des pieds. ».

– Le Hafîdh Malikite Abou ‘Amr ibn ‘Abd alBarr (qu’Allah lui fasse miséricorde) a dit dans «attamhid » (15/108) : « Ils s’accordent d’un avis consensuel que son état de sacralisation se réalise par le dévoilement de son visage mais pas de la tête et qu’elle doit porter un voile sur la tête et couvrir ses cheveux en état de sacralisation ». Il dit aussi (6/364) : « Tout son corps fait partie de sa nudité «‘awra » à l’exception du visage et des mains. Ceci est l’avis de la majorité des savants.Il y a consensus sur le fait que la femme découvre le visage pendant la Prière et en état de sacralisation. Malik, Abou Hanifa, ash Shafi’i et leurs élèves, ainsi qu’al Awza’i et Abou Thawr disent que la femme doit couvrir tout son corps à l’exception du visage et des mains. Quant à Abou Bakr ibn ‘Abd ar Rahman ibn al Harith, il dit : « Tout le corps de la femme fait partie de sa nudité « ‘awra » y compris ses ongles ». Cela prouve que ceux qui divergent au sujet du visage et des mains, voire des pieds et de la partie du bras qui porte les bracelets, s’accordent unanimement sur l’obligation de couvrir le reste. Il n’y a aucun avis religieux basé sur le coran et la sunna stipulant qu’il est permis de découvrir le reste du corps de la femme.

- Quelques conditions du Hijab en Islam de Sheikh Al Albani -

Couvrir tout le corps sauf les parties exclues

Ce qui s’atteste dans les propos du Très Haut dans un sens rapproché d’un verset :  

“O Prophète! Dis à tes épouses, à tes filles, et aux femmes des croyants, de ramener sur elles leurs grands voiles: elles en seront plus vite reconnues et éviteront d’ être offensées. Allah est Pardonneur et Miséricordieux. ”  (Coran, 33 :59).

Le premier verset indique clairement la nécessité de couvrir les organes qui portent la parure et n’en montrer aucun devant des étrangers. S’ils apparaissent de façon inintentionnelle, il faut s’empresser à les couvrir.

Dans son exégèse (du Coran), al-Hafiz Ibn Kathir dit : «  cela signifie qu’elles ne doivent pas montrer leur parure devant les étrangers, sauf ce qu’il n’est pas possible de cacher. Ibn Massoud dit : c’est comme un menteau et (d’autres) habits à la manière dont s’habillaient les femmes arabes. Elles portaient des écharpes sur leurs vêtements. Ce qui apparaît  inclut aussi les extrémités inférieures des vêtements. Il n’y a aucun mal à ne pas les cacher car c’est impossible.

Le vêtement ne doit pas constituer en lui-même une parure

Le Très Haut dit dans un sens rapproché d’un verset du Quran :  

“Qu’elles ne fassent pas apparaître leurs parures”

Cette expression englobe les aspects extérieures de la tenue, si celle-ci est parée de façon à attirer les regards des hommes. Cette idée s’atteste dans les propos du Très Haut dans un sens rapproché :  

“Restez dans vos foyers; et ne vous exhibez pas à la manière des femmes d’ avant l’ Islam (Jâhiliya) “. (Coran, 33:33)

Et les propos du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui ) : Ne t’interroge pas à propos de trois personnes : un homme qui a quitté la communauté, désobéi à son imam, et est mort rebelle, une esclave ou un esclave qui meurt en fuite et une femme dont le mari s’est absenté après lui avoir assuré le nécessaire en fait de provisions et qui (malgré cela) s’exhibe en public pendant son absence ; ne t’interroge pas à propos de ceux-là . (Cité par al-Hakim, 1/119 et Ahmad, 6/19 d’après le hadith de Foudhalata bint Abid. Sa chaîne de rapporteurs est authentique et il est dans al-Adab al-Moufrad).

Il doit être épais (safiq) sans quoi il ne pourrait pas cacher le corps

Quant aux vêtements transparents, ils ne font qu’aggraver la tentation et l’attrait. C’est à ce propos que le Prophète (bénédiction et salut soit sur lui ) dit :   Les dernières générations de ma communauté connaîtront des femmes habillées mais nues qui porteront sur leurs têtes des tresses comme des bosses de borkht ; maudissez les car elles sont maudites. Un autre hadith ajoute : “Elles n’entreront pas au paradis et n’en sentiront pas l’odeur. Pourtant cette odeur peut être sentie à une distance parcourue en ceci ou cela de marche…” (rapporté par Mouslim d’après Abou Hourayra.).

Ibn Abd al-Barr dit : ” le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui ) entend par là les femmes qui portent des vêtements légers et transparents. De ce fait, elles sont apparemment habillées mais nues en réalité ” (cité par as-Souyouti dans Tanwir al-Halak, 3/103).

Il doit être ample

Il doit être ample et ne doit pas être serré de façon à dessiner les contours de son corps. Car l’habillement vise à écarter la tentation, ce qui ne se réalise que s’il est ample. Les vêtements serrés cachent bien le corps mais en dessinent les contours et en exposent le volume aux yeux des hommes. Cela relève de la perversion et y incite de façon claire.

Ussama Ibn Zayd dit : « Le messager d’Allah m’a offert un épais manteau copte que Dihya al-Kabi lui avait donné. Je l’ai remis à ma femme et il m’a dit :

–  Pourquoi ne le portes-tu pas ? 

–  Dis lui de porter un ghalala en dessous car je crains qu’il ne dessine les contours de ses os  

(cité par adh-Diya al-Maqdassi dans al-Ahadith al-Moukhtara, 1/441, Ahmad et al-Bayhaqi grâce à une belle chaîne).

Il ne doit pas être trop voyant.

Un hadith d’Ibn Omar (P.A.a) dit : « Le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui ) a dit : ” Quiconque porte ici bas un vêtement trop voyant, Allah l’habillera d’un habit d’humiliation au jour de la Résurrection puis il sera brûlé. “ Hidjab al-Mar’a al-mouslima, p. 54-67. Allah le sait mieux.

–  Ta boutique en ligne Daroufy  –

–  Soie de medine  –

Hijab femme, Hijab pas cher, Hijab soie de medine cuivre, mon hijab pas cher, hijab,modest, modest shop,

– Jersey  –

Hijab islam, Hijab pas cher, Hijab jersey vert, mon hijab pas cher, hijab,modest, modest shop,

–  Jazz  –

Hijab islam, Hijab pas cher, Hijab jazz marron

–  Nos réseaux  –